27/01/2012

Les fréquentations TCT n’ont pas beaucoup évolué depuis 2005.

Début 2012 on dénombre 66 liaisons journalières régulières AR en TCT (Transports Collectifs Transfrontaliers) venant du département de la Hte Savoie vers le canton de Genève. Elles sont mises en place par la Région Rhône Alpes, société organisatrice pour le train TER-RA (Train Express Régional) (Rhône-Alpes) et le Conseil Général de la Hte Savoie, société organisatrice pour les transports autocars LIHSA.

 

 L’offre des liaisons ont augmenté de 53% par rapport à 2002, elle se partage à 73% de plus pour les autocars du CG 74 Lihsa et 20% de plus pour les TER RA.

 

Cette forte augmentation de prestations des transports inter urbains collectifs entre la Hte Savoie et le Canton de Genève ne peut que réjouir l’association d’usagers. Le cadencement apporte une clairvoyance dans les horaires de la SNCF et les TER-RA. Tous les transports publics et privés qui découlent d’une correspondance à une destination, devront s’adapter à ce nouveau mode d’horaires.

Si les flux transfrontaliers sont à 257 000 passages jour avec la Hte Savoie, l’AGFUT 74 a toujours cité TCT un transport qui part de France pour arriver dans le Canton Genevois, et vice et versa, mais qui à notre réflexion reste avec une fréquentation insuffisante.

 

Les statistiques 2010 représentent 20% de fréquentation sur des mobilités transports aux frontières de la région Franco Valdo Genevoise avec le Canton de Genève, le département de la Hte Savoie s’attribue lui 20% de mobilités transports à ses propres frontières.

 

Le grand public connait très mal les prestations offertes en transports collectifs transfrontaliers. L’offre se répartit avec 41 liaisons AR pour les autocars CG74 Lihsa et 25 liaisons AR pour les TER-RA.

 

Les statistiques sur les fréquentations TCT n’ont pas beaucoup évolué depuis 2005.

Selon nos sources, la fréquentation resterait à 1.73 % en tenant compte des lignes péri-urbaines D, G des TPG, TAC Annemasse et les lignes privées, ceci malgré l’augmentation des flux.

En s’exprimant déjà en 2018, si tous les projets (trams et Ceva) se réalisaient, la fréquentation avoisinerait les 4.80 % de TCT, mais nous en espérerions plus (10%), en prenant en considération une plus-value de passages transfrontaliers.

 

Comme avec le CEVA, qui lui, ne captera que 2% des flux coté Hte Savoie, très insuffisant contre 12000 personnes /jour coté gare Cornavin. L’AGFUT-DTC 74, dit qu’il faut continuer d’aménager le réseau RER (Rapide Express Régional) sur l’ensemble de l’Agglo FVG,

Lien : http://agfut-dtc.74.over-blog.com/article-ceva-47713334.html: qui reste le seul transport le plus performent et concurrentiel aux déplacements voitures.

Les trams de l’Agglo FVG à Genève ayant des distances de déplacements trop longues, ne les rend pas assez rapides sur le parcours. Nous mentionnons comme exemple, que de se déplacer depuis Chamonix est aussi rapide, que de traverser Moëllesulaz à Meyrin en tram pour la même destination et il n’y a pas photo sur le cadre de vie !

Comme cela fait prospérer l’installation des Genevois en France, puisque les déplacements vers le canton GE sont plus performants en voitures.

09/11/2009

« CEVA » Genève dans une bulle !

Partisan du projet d’agglo, OUI, en fait du quel ! Genève ! Franco Valdo Genevois, ou la Métropole transfrontalière !

Chacun des participants tirant la couverture à ses intérêts

Bien que nous ayons été réunis pour le projet d’agglo PA2, les élus animateurs de la tribune, n’ont pu s’empêcher de revenir sur le PA1 et sur le CEVA

Si le tracé du Ceva se réalise tel qu’on le définit aujourd’hui, il ne sera pas une bonne solution pour Genève, comme pour l’Agglo FVG, avec un investissement exorbitant, pour les paramètres recherchés. Au contraire il produira un effet inverse avec  l'augmentation des véhicules depuis sa périphérie.

« Comment débloquer Genève » débat de la TDG, Genève vit dans une bulle, sans grand intérêt pour ce qui l’entoure, on veut son CEVA pour l’agglo de Genève. A croire que les problèmes des pendulaires de l’agglo FVG venant travailler dans la cité Calvin ne les intéressent pas, comme le nombre de véhicules, comme l’environnement et les effets de serre Co2.

 

« Nos élus jouent encore au petit train »

 

Les prévisions mobilités expliquées par le professeur Giuseppe Pini de l'Observatoire universitaire de la mobilité, précise qu’il faut faire la différence entre un projet de transport et l’offre aux transports. Cet exposé rejoint  le résonnement de l’association civile française « AGFUT-DTC74 » représentant les usagers et développement des transports. Cette dernière confirme que l’on ne respecte pas le cahier des charges des usagers depuis la Hte Savoie. L’offre aux transports avec des trajets directs n’existe pas pour rejoindre Genève Cornavin et l’aéroport. On y trouve des rebroussements, des ruptures de charges, pas de proposition modulable pour s’approcher au plus près de son lieu de travail. Les transferts de déplacements ne sont pas compétitifs aux temps déplacements voiture.

Le consensus d’un transfert de la route aux rails pour les pendulaires vers l’agglo GE, défendu par les autorités du Canton, Robert Cramer pour l’Etat de Genève et Robert Borrel pour l’ARC est utopique.

Avec le chiffre catastrophique de 1,5 % des pendulaires venant de la Hte Savoie, ce pourcentage qui ne va pas exploser avec l’arrivée du CEVA RER en « Cul de sac à Annemasse » voire 3%. (3000 V/J)

Dans le projet d’un CEVA+ proposant une percée du RER direct jusqu’à La Roche sur Foron en 24’, rentre dans le développement durable avec ses paramètres des trois fois 20% (Effet de serre, consommation, énergie renouvelable). Avec cette option on assure 10% des pendulaires en TC soit 12000 V/J à l’aller en plus d’aménager un tissage ferroviaire sur l’agglo de Genève, également rallier Genève Annecy en 50 minutes en RER ou TER.

Les déplacements en RER  sont trois fois plus rapides que les trams depuis les extrémités de l’agglo FVG vers les deux points névralgiques (Cornavin, Cointrin).

Du côté français, du fait d’une émergence pour l’intérêt  seulement d’Annemasse, cela ne fait qu’affaiblir l’offre aux transports pour toute la Hte Savoie dans les prochaines décennies, pour cause d’un manque d’une vision globale de projets de transports.

 

Nous étions Pro CEVA dans son lancement, on diffère notre position en Pro RER. Le «shunt d’Ambilly » complémentaire au CEVA en alternatif avec la gare d’Annemasse n’ayant pas été pris en considération, ni retenu pour des transferts directes avec Annecy et St Gervais, nous oblige de présenter d’autres propositions.

15/01/2009

Le CEVA FVG vu d’en face

La petite liaison urbaine du CEVA (Cornavin Eaux Vives Annemasse) apportée par la société civile (M G) et repris politiquement au début du projet entre l’ancien maire d’Annemasse Robert Borrel et le Conseiller d’Etat Robert Cramer a pris une proportion régionale et internationale. En effet depuis est née la métropole transfrontalière genevoise, rebaptisée projet d’agglo franco valdo genevois sur une dynamique de développement et d’échanges Franco Suisse.

 

Le Rapide Express Régional (RER) transfrontalier Franco Valdo Genevois, est administrativement sur les rails. Les bureaux administratifs sont en pleine actualité avec la société franco Suisse, Transféris filiale de la SNCF et CFF, la Région Rhône Alpes, la Direction Générale de la mobilité de la République et le Canton de Genève.

Il reste deux inconnus pour démarrer les travaux, c’est le feu vert de la Confédération suite au recours d’une association genevoise et aussi le financement coté français, qui n’est pas bouclé, puisqu’il manque sept millions d’euros.

L’association Genevois Faucigny des Usagers des Transports-Développement Transports Communs 74 (AGFUT-DTC74), membre de la FNAUT (Fédération Nationale des Associations Usagers des Transports) souhaite, elle a solutions plus radicales,  plus valorisantes avec des temps de déplacement plus performants.

La société Transféris placée sous l’impulsion des autorités organisatrices des transports (AOT) du Canton de Vaud, du Canton de Genève, de la Région Rhône Alpes, RFF, CFF, SNCF, nous a fait valoir pour 2016 après que la partie Cornavin Eaux Vives Annemasse (CEVA) soit achevée, des liaisons directes, sans rupture de charge entre le canton de Vaud et Annecy ou St Gervais. Ce sont 40 rames RER qui seront mises en service en 2016 pour passer 60 rames au plus fort de son cadencement. Elles sillonneront toute la région FVG et les villes de la région dans une cadence toutes les 20 minutes. Les nœuds ferroviaires de Cornavin et d’Annemasse y ont été les principaux obstacles sur le cadencement.

 

L’AGFUT – DTC 74 s’accorde à voir une moyenne de 10% des flux vers Genève qui doivent être pris en TC soit environ 10 000 voyageurs jour fois, deux et l’urgence à inciter d’appliquer une politique environnementale.

En effet les liaisons france, suisse, france se trouvent pénalisées. Nous soulevons les paramètres des ruptures de charge et le rebroussement d’Annemasse, comme celui de Cornavin, pour rejoindre l’aéroport de Cointrin (Annemasse et Cornavin c’est deux fois 15 minutes par trajet) en font un réseau non performant si l’on vient de St Gervais Chamonix ou Annecy. Pour un usager domicile travail c’est une perte sèche de 220 heures par année. Une option qui n’est pas retenue par les responsables du projet Franco Valdo Genevois et qui ne figure pas dans le cahier des charges FVG pour faire diminuer le nombre de véhicules vers la cité Calvin, comme sur l’agglo genevoise.

Des arguments qui sont tout à fait légitimes pour des personnes qui utilisent journalièrement les transports publics, et qui souhaitent également des transports performants. En argumentant le raccordement d’Ambilly « Shunt » et le « shunt de Châtelaine existant on peut comparer a des temps compétitifs par rapport à un déplacement véhicule de centre à centre. Plus le cercle se resserre sur le pôle central de Genève Cornavin plus les déplacements ferroviaires doivent être compétitifs en temps, ce qui n’est pas le cas avec ce que l’on nous propose sur le RER FVG 2016. Un exemple, en utilisant le prochain RER depuis la Roche sur Foron et l’aéroport de Cointrin, le temps de  trajet effectif est de 40 minutes, il faudra y  ajouter 30 minutes entre rebroussements et ruptures de charge. Un résultat qui ne dissuadera pas les vieux reflexes en reprenant son véhicule pour réaliser le même  parcours en 30 minutes.

 

Ce dernier point technique semble être apaisé, nous a t’on certifié. Le but du réseau RER FVG est d’éviter les ruptures de charge, des rames RER (180 places assises et 180 debout) qui sont compatibles sur les deux types de courant (15 000 Volt CFF et 25000 SNCF).

 

Sans faire de l’ombre au tracé du CEVA, le projet de l’AGFUT – DTC 74 avance une extension du réseau RER FVG avec un raccordement ferroviaire sur la ligne RFF du pied du Salève favorise une liaison RER rapide depuis Valleiry (23’), St Julien (13’) vers le centre de Genève, tout en permettant de desservir des zones d’activités d’Archamps et la Praille.

Ceci dit, l’AGFUT-DTC 74 à une vision générale des transports et pas uniquement au réseau local RER. Nous attachons une importance pour l’amélioration de la déserte de la Hte Savoie et voir arriver grandes lignes internationales sans rebroussement. (Ex: Londres, Paris, Pays du Mt Blanc, la Suisse voisine)(TGV, Eurostar, Thalys), également un œil sur les transports par fret.

 

Suite: Blog RER vu de France (diaporama)